Que faire pour faire parler de soi quand on crée un groupe de rock sans le soutien officiel des grands médias ? Il n’existe qu’un moyen, affronter la multinationale Mundial avec ses propres armes, dans une bataille sanglante et sans pitié. Mieux vaut avoir les reins solides et ne pas traîner trop de casseroles, bref... il faut créer le Buzz !

Ce tome 3 de la saga musico-contestataire en format manga prend pour toile de fond la baston médiatique et la manipulation des masses : quand les médias se font racheter par les industriels, quand les journalistes s’autocensurent et laissent le champ libre à la lobotomie générale, quand le président Patrick 1er instaure des lois liberticides pour flatter l’électorat conservateur mal informé, une poignée d’activistes doit se lever et porter le flambeau de l’anticonformisme : un dessinateur foireux reconverti en guitariste, une intello chanteuse, et un batteur obsédé sexuel !

Mais la firme Mundial n’a pas dit son dernier mot et décide de contre-attaquer : Elijah, l’arrangeur musical diabolique de la major, est déterminé à botter le train de ces musiciens amateurs empêcheurs de manipuler en paix. Provocations en tous genres, hontes cosmiques déterrées, coups d’annonce bidons, teasing mastodontes, tout est bon pour provoquer le buzz, et plus c’est gros, mieux cela marche !

Ne manquez pas le battle musical dantesque : pluie de bétons à la Tetris, duels d’attaques aux noms anglicisants dans la pure tradition des shonen mangas, Raf nous envoie à nouveau de l’énergie qui dépote dans la face.

Servi par un dynamisme visuel et narratif au diapason de l’affrontement musical et médiatique du scénario, ce troisième tome nous donne la banane et propose un éclairage survitaminé sur notre actualité.

Si vous n’avez pas encore découvert cette série, il est urgent d’y remédier, le titre Debaser des Pixies à fond dans les oreilles.