A la Faculté d’Etude Académique des Héros, le trio d’élèves sorti vainqueurs de l’enlevage de paréos du premier tome doit désormais réussir l’examen final de la première année, un exercice visant à connaître leurs ennemis : élaborer un plan pour conquérir le monde. Dans un grand hommage aux Monty Pythons et au cinéma asiatique, retrouvez pêle-mêle : des soldats en pain d’épice, une armure défendant des tapisseries, des chaussettes exorbitantes pour téléphone, et même une collection de peluches cachée dans une forêt obscure.

Florent Maudoux transforme l’essai marqué lors du tome 1 : le scénario est plus fouillé et réserve son lot de révélations et de promesses pour les prochaines suites, fouillant notamment le passé de Ombre et, à l’instar des « Harry Potter », faisant monter la sauce des mystères de cette école et ses profs pas comme les autres.

On devine que chaque tome révèle son sujet d’examen abracadabrantesque, les élèves tous aussi intéressants les uns que les autres regorgeant d’ingéniosité pour contenter une hiérarchie de plus en plus louche. Les projets de conquête du monde des différentes équipes sont dévoilés au compte-goutte, nous attendons avec impatience l’étendue de ce florilège loufoque.

Le dessin de Maudoux alterne entre plusieurs styles : hachures, jeux de trame, pages en couleur, style réaliste ou plus simplifié à la manga. La petite faiblesse graphique (mais c’est vraiment pour chipoter) réside toutefois dans les décors pourtant soignés : entre dégradés minimalistes et architecture plus travaillée, le traitement se situe toujours dans un entre-deux ne cohabitant parfois pas très bien avec le cerné des personnages du premier plan. Mais heureusement, les gros plans sont suffisamment nombreux pour faire admirer le talent de Maudoux pour les visages, torturés (le fascinant Funérailles) ou très féminins (la sensuelle Li Xiong Mao).