trilogie bourne

Films réalisés par Doug Liman, Paul Greengrass, avec Matt Damon, Franka Potente, Joan Allen, Clive Owen, Karl Urban, Julia Stiles, Chris Cooper, Brian Cox, Albert Finney. Disponible en coffret 5 DVD chez Universal. Lire également mon article sur « La Vengeance dans la peau ».

Le tueur amnésique le plus célèbre du cinéma est poursuivi par les huiles du programme Treadstone. Un milliardaire russe tente de le zigouiller, mais c'est sa copine qui meurt. Pourchassé par les polices du monde entier, muni d'une multitude de passeports de toute nationalité, fort de ses seuls réflexes au combat, multilingue, capable de transformer n'importe quel objet en arme, et JAMAIS AIDÉ PAR LA TECHNOLOGIE, Bourne fait passer un sale quart d'heure à quiconque tentant de lui barrer la route.

Il s'agit tout simplement de la trilogie la plus pertinente du cinéma d'action des vingt dernières années, tant la forme est en totale adéquation avec l'histoire et les thématiques des films. Les trois épisodes épousent la quête et les automatismes de Bourne : la répétition des scènes d'action et des réflexes de Bourne, les airs de déjà vu notamment avec les deux femmes à protéger, les résidus de mémoire, etc. Le maître-mot de la trilogie est le mouvement. A l'instar de son personnage principal, tout doit bouger. Même les simples scènes de dialogue sont filmées caméra à l'épaule, le cadre bouge constamment. La mise en scène plonge le spectateur dans l'immédiat total. L'absence radicale d'humour et le refus de tout procédé visant à exclure le spectateur de l'action (ralentis, flashbacks explicatifs, image retravaillée, musique symphonique pompeuse, personnages prenant la pose ou stéréotypés...) propulse le personnage de Bourne dans une course ininterrompue chargée d'adrénaline. Les quelques bases sont posées dans le premier opus, puis c'est ensuite au spectateur de composer avec eux, à lui de décrypter les agissements de l'ancien agent de Treadstone : sa lecture systématique des plans urbains, sa faculté de se servir de son environnement (un rdv au beau milieu d'une manifestation pour échapper à une surveillance, une improvisation quand un métro est bloqué, un rail en bordure de périphérique, un magazine en guise d'arme en combat rapproché).

La trilogie obéit donc à une structure de répétitions. Répétition des gestes, des combats utilisant la même technique, les mêmes poursuites automobiles. Par extension, le troisième opus est un remake des deux précédents réunis. Précisément, l'astuce utilisée par Bourne pour venir à bout d'un adversaire pendant une poursuite automobile dans le second épisode est également utilisée par un autre adversaire dans le troisième, contre lui, car tous sont des agents au profil identique. De plus, la narration utilise cette confusion pour brouiller ludiquement les pistes et la frontière entre les épisodes : une phrase prononcée dans le troisième épisode est un écho d'une autre prononcée dans le premier par un autre personnage (Clive Owen interrogeant Bourne sur le but de toute cette mascarade, après que ce dernier lui ait tiré dessus). Idem pour la fameuse dernière scène du second opus, qui se situe chronologiquement au milieu du troisième (une simple conversation de conclusion entre Bourne et Pam Landy devenant une des pierres angulaires dans la seconde lecture).

Dans son commentaire audio, le réalisateur Paul Greengrass insiste sur sa volonté de restituer un aspect brut à l'action. Après avoir inévitablement ciré les pompes de ses acteurs poids lourds, il nous livre quelques indices pour la compréhension de l'histoire, comme par exemple ces affiches annonçant les manifestations dans le centre ville de Berlin, lors de l'arrivée de Bourne dans la capitale allemande, et qui le décideront à choisir ce lieu pour le fameux rdv avec Nicky. Les autres bonus du coffret DVD sont une mine d'information sur les cascades automobiles et la logistique propre aux tournages en centre-villes. On peut dire que la vraie star des bonus est Dan Bradley, le réalisateur de seconde équipe et coordinateur des cascades. Outre l'entraînement de Matt Damon au pilotage, on apprend l'existence de la go-mobile, plate-forme motorisée permettant une grande marge de manoeuvre pour filmer les poursuites, car à part l'avant du capot, tout est filmable avec une grande fluidité. Les accidents de voiture sont décortiqués, faits d'assemblage de plusieurs systèmes d'installation : voitures tourbillonnant dans les airs, tirées sur le rail du périphérique, ou propulsées du haut d'un parking à étage. Pilotées par Damon lui-même, allongé, détouré sur un arrière-plan de ville, ou par un expert assis sur le toît du véhicule en plein hiver new-yorkais, la grande variété des moyens utilisés permet d'expliquer la réussite des scènes de poursuite, idéalement mises en valeur par un découpage rapide et diablement efficace, cherchant des points de vue inédits (point de vue du rétroviseur, cadrages en biais, gros plans sur les phares qui explosent...)

Pour les amateurs de thrillers d'action intelligents, ce coffret 5 DVD est absolument indispensable.